Et maintenant, ils vendent la terre de nos ancêtres !

Je viens d’apprendre que dans le département de l’Allier, un homme d’affaires chinois a discrètement racheté 900 hectares de terres agricoles. La production de ces terres finira dans les assiettes chinoises. Je vous passe les détails qui ont permis de profiter d’une faille juridique pour réaliser cette transaction. Au passage, le vendeur français aura fait une excellente opération puisqu’on estime que cette transaction s’est faite entre 10 et 12 millions d’euros ! Soit à des prix nettement supérieurs à ceux du marché et qui empêchent les agriculteurs locaux de se positionner pour un éventuel rachat. Notamment des jeunes agriculteurs qui voudraient se lancer dans la profession.

Cet homme d’affaires n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a fait une opération similaire dans l’Inde pour 1.700 hectares. Nous avons là, devant nos yeux, le monde rêvé des mondialistes cosmopolites. Des Français qui vendent leurs terres à un Chinois pour exporter la nourriture dans les assiettes de ses concitoyens à 8.000 km. Production qui sera peut-être l’oeuvre de migrants clandestins sous-payés. Le déracinement à tous les niveaux. Dans le monde des mondialistes cosmopolites les racines ne comptent pas, l’homme est interchangeable, et le profit la seule véritable valeur culturelle. Jacques Attali nous avait prévenu : « La France, comme toute nation aujourd’hui, c’est un hôtel ! ». Le projet mondialiste cosmopolite est bien en marche.

D.B.

Publicités


Catégories :France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :