Ce Pape qui me fait honte

Le Pape François a reçu le président islamiste de Turquie, Recep Tayyip Erdogan. En tant que chef de l’Etat du Vatican, il est naturel que le souverain pontife reçoive le président turc. Là n’est pas le problème contrairement à ce que j’ai pu lire ici ou là. Non, le véritable problème que pose cette réception est le nouvel acte de soumission qu’elle a suscité de la part du chef de l’église catholique.

On espérait que ce dernier profite de cette rencontre pour parler haut et fort et rappeler à son visiteur d’un jour qu’il n’avait pas oublié les assassinats de deux prélats italiens en Turquie : le Padre Luigi Santoro en 2007 et Mgr Luigi Padovese en 2010. Ou encore l’assassinat en 2007 de trois chrétiens, dont un missionnaire allemand, par un commando qui avait fait irruption dans une maison d’édition qui imprimait des Bibles à Malatya en Anatolie. On espérait qu’il demande de vive voix des explications sur la saisie par le gouvernement turc en 2017 de 6 églises catholiques, protestantes ou orthodoxes, dont l’une a plus de 1 700 ans d’existence, prouvant une nouvelle fois la condition précaire des Chrétiens en Anatolie et la restriction des libertés religieuses dans ce pays depuis l’arrivée de l’islamiste Erdogan au pouvoir. On espérait qu’il interpelle le leader islamiste sur son désir de transformer la basilique Sainte-Sophie en mosquée bien qu’elle soit placée sous statut de musée inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

On attendait du Pape qu’il rappelle au Président islamiste turc que le devoir de mémoire s’applique également à la Turquie et qu’il n’était plus question de passer sous silence le génocide des chrétiens arméniens. On attendait qu’il lui rappelle sa condamnation de l’occupation illégale du nord de Chypre, terre chrétienne et européenne, et qu’il demande de mettre fin à la colonisation qui en découle. Enfin, avec un peu de courage on aurait pu s’attendre à ce qu’il dénonce l’alliance de Recep Tayyip Erdogan avec les islamistes en Syrie qui ont massacré tant de chrétiens.

Non, il n’y a rien eu de tout cela. En revanche, à la demande du leader islamiste, la rencontre s’est déroulée avec une préoccupation majeure… écouter les doléances de Erdogan sur le statut de Jérusalem. Cette réception est une nouvelle preuve de la dhimmitude du Vatican envers la Turquie islamiste. Ce Pape me fait honte.

D.B.

Publicités


Catégories :Vatican

%d blogueurs aiment cette page :