L’étrange correspondant du Figaro en Italie

obsession : idée, image, mot qui s’impose à l’esprit sans relâche.

La campagne électorale italienne doit-elle se résumer à la Ligue de Matteo Salvini ? Sans nul doute la réponse est négative. Sauf peut-être pour le correspondant du Figaro dans la péninsule. Comme il s’agit DU quotidien conservateur français on pourrait à la rigueur le comprendre. On serait également en droit d’y trouver un équilibre dans la critique. Après tout, si je voulais lire un vulgaire pamphlet contre ce mouvement ce n’est pas le choix qui manquerait : Libération, Le Monde ou encore n’importe quel quotidien régional qui anone bêtement les assertions de l’AFP.

Et bien non. En l’espace de trois petites semaines, Richard Heuzé nous a gratifié de trois articles fustigeant le « racisme » de la Ligue. Mais soyons honnête. Dans le premier article du 18 janvier tous les partis « populistes », selon lui, ont droit à la critique : Mouvement 5 étoiles, la Ligue, Forza italia de Silvio Berlusconi. Cependant il faut bien reconnaître que la Ligue et le Mouvement 5 étoiles, les bêtes noires des mondialistes cosmopolites, ont droit à un traitement de faveur. Leur crime ? En matière de contrôle de l’immigration, je cite, « ils se livrent à la surenchère proposant de réintroduire le délit d’immigration clandestine, fermer les frontières et renvoyer chez eux les migrants non autorisés. » Dingue non ? Si ça ce n’est pas de la surenchère ! Après tout, ce n’est pas comme si l’Italie connaissait depuis plus de deux ans un léger problème de submersion migratoire avec les problèmes afférents (délinquance, criminalité, prostitution, comme vient de le reconnaître le président du Nigéria, Muhammadu Buhari). C’est moi ou le lecteur lambda du Figaro a bien changé pour s’imposer la lecture de telles inepties ?

Notre correspondant a du juger que ce premier papier était trop modéré. Qu’à cela ne tienne, il récidive dès le 05 février. En pire. Suite à une fusillade dans la ville de Macerata (lire ici) il affirme que : « Matteo Salvini, qui veut devancer Silvio Berlusconi pour conquérir le leadership du centre droit, ne manque pas une occasion d’attiser la haine raciale. Il traite de peccadille le fait que de jeunes militants de la Ligue aient brûlé en effigie la présidente de la Chambre des députés Laura Boldrini, ardente défenseuse (sic !, ndlr) des droits de l’Homme et originaire de Macerata, ou encore publient des photomontages d’elle, égorgée ou décapitée » etc…, etc… Comme on peut le voir, un palier a été franchi. Fini de rire. On sent que la Reductio ad Hitlerum n’est plus très loin. Peut-être dans le prochain article.

Celui-ci intervient le 10 février précisément. Cette fois Matteo Salvini est accusé de « verser de l’huile sur le feu » et de ne cesser d’accuser gouvernement et partis de gauche d’avoir favorisé « l’invasion de l’Italie par des migrants clandestins » à des fins électorales. Cela serait-il donc faux ? Le contraire serait-il que le gouvernement est totalement innocent concernant le chaos migratoire en Italie ? A quoi sert-il dans ce cas ? Cela, le lecteur du Figaro n’en est pas informé. Richard Heuzé ajoute que le cas de Matteo Salvini empire, si, si apparemment c’est possible. « Jeudi, ses propos sont devenus encore plus haineux. Il a affirmé que l’islam est responsable du racisme qui se propage en Italie. Et de citer le leader de la Ligue : « Son problème est d’être une loi et non une religion. Au nom de Dieu, l’islam nous impose sa loi qui est incompatible avec nos valeurs, nos droits, notre liberté. Je ne veux pas que s’installent en Italie des personnes pour qui la femme vaut moins que l’homme » ». Notons que notre correspondant évoquent des propos haineux. Non fallacieux. Un bug ? Un oubli ? Et le couplet sur l’amalgame alors ? Quelque chose me dit que Richard Heuzé qui travaille pour le même quotidien qu’Eric Zemmour ne doit pas particulièrement apprécier ce dernier.

Pour finir, un point commun à ces trois articles. La gauche y est soigneusement épargnée. On ressent même une certaine admiration en contrepoint pour le Parti démocrate. Allez Richard, cessez de vous faire du mal, si après cette couverture de la campagne italienne les portes de « Libération » ne vous sont pas grandes ouvertes, c’est à ne plus rien y comprendre…

D.B.

Publicités


Catégories :Italie

%d blogueurs aiment cette page :