France : une ville vent debout contre l’arrivée de clandestins

Mi-juin, Jouy-en-Josas (Yvelines) accueillera 300 réfugiés dans un centre de formation qui se trouve dans les anciens locaux de l’université Thales. Ce projet, annoncé en avril par la municipalité, prévoit, à terme, « la prise en charge par les services d’Emmaüs solidarité de 300 hommes, dont un quart de moins de 25 ans, pour des formations de six mois, et ce, durant les neuf prochaines années », précise Le Parisien. Une arrivée qui ne fait pas l’unanimité dans la commune. Certains riverains ont même fondé une association, baptisée « La Parole aux Jovaciens ».

« Notre revendication porte sur la mise en place de quelque chose de plus raisonnable », explique au Parisien, Marc, un voisin du site. Selon cet homme, très impliqué dans l’association, il existe un « total de 1 725 places pour les migrants pour l’ensemble des Yvelines », soit « 0,121 % de la population d’1,4 millions d’habitants ». « Avec les 300, le rapport pour Jouy atteint 3,5 % de la population de notre commune. En appliquant le coefficient du département, on ne devrait accueillir que dix migrants », note-t-il.

Autre point qui inquiète les habitants de Jouy-en-Josas : la « sécurité » autour du centre d’accueil. Elle « ne va certainement pas participer à l’attractivité de notre ville mais au contraire l’appauvrir », prévient Marc dans les colonnes du Parisien. (…)

Source : Valeurs actuelles

APPEL AUX DONS !

Vous pouvez nous soutenir dans notre nouvel aventure. Chaque don compte.

Soutenir Kahlenberg via le compte paypal de civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :France

%d blogueurs aiment cette page :